La Présidente de la Saeima lors des débats sur la politique étrangère: la Lettonie s’est montrée comme un sismographe dans le contexte des défis géopolitiques régionaux

(22.01.2015.)
VideoGalerie

Le jeudi 22 janvier, en s’adressant aux parlementaires lors des débats sur la politique étrangère, Mme Inara Mūrniece, Présidente de la Saeima a souligné que  la Lettonie, avec d’autres pays de la région, a perçu très tôt  le besoin prioritaire du renforcement de la sécurité. La Lettonie et la région baltique sont comme un sismographe international qui peut enregistrer de manière anticipée les ébranlements dans le contexte des défis géopolitiques régionaux et d’appeler les autres à s’y préparer.

La Présidente de la Saeima a caractérisée 2014 comme une année charnière quand la région baltique, émettant du point de vue européen des préoccupations incompréhensibles, est devenue l’initiatrice en matière du renforcement de la sécurité.

Elle a évalué le rapport du ministre des Affaires étrangères comme un document complet contenant des directions et des travaux concrets dans le domaine de la politique étrangère, elle a remercié les collaborateurs impliqués dans sa préparation pour un excellent travail.

En discutant ce rapport, Mme Mūrniece a mis en exergue plusieurs aspects importants pour les intérêts de la Lettonie, notamment la nécessité de renforcer la coopération entre les pays nordiques dans le cadre NB8, elle a indiqué qu’à côté du rôle de l’OTAN, les pays de la région baltique ont une importance cruciale dans la capacité de la Lettonie à se défendre en cas de danger.

Mme Mūrniece a également accentué l’importance d’ouverture à Riga d’un Centre de  la communication stratégique de l’OTAN, en le caractérisant comme une contribution importante de la Lettonie au travail de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Un aspect important de son discours a fait référence à la sécurité énergétique de la Lettonie. Mme la Présidente a souligné la nécessité de mettre en œuvre le troisième paquet énergétique de l’Union européenne (l’UE); elle a caractérisé l’année précédente comme un signal d’alerte pour passer à l’action concernant la question de dépendance énergétique de l’UE.

Elle a mentionné deux initiatives pratiques qui ont un bon potentiel pour organiser l’espace médiatique: la création d’une chaîne européenne de performance en langue russe, en réponse à la campagne informative russe; les amendements de la directive Services de médias audiovisuels qui établiraient un meilleur encadrement législatif national et renforcerait l’environnement des médias.

En parlant de la Présidence lettone du Conseil de l’UE, la Présidente a dit que cette période sera remplie de défis nécessitant un haut degré de flexibilité et la capacité de réagir promptement: „Des événements en France et en Belgique début janvier en font la preuve, ils ont mis à  l’ordre du jour la sécurité en tant que tâche essentielle.” Parmi des défis de notre présidence elle a aussi mentionné la nécessité d’un positionnement clair en matière des questions liées à la sécurité à l’égard de l’agression russe en Ukraine.

Considérant la question de l’Ukraine, elle a déclaré que les problèmes de l’Ukraine, économiques et institutionnels, entre autres, sont aussi ceux de l’Europe. „L’Ukraine fait notre guerre, mais un jour nous recevrions la facture”, a-t-elle dit.

La Présidente a évoqué qu’il est important de poursuivre le travail pour que les groupements de Donetsk et Louhansk soient reconnus comme des organisations terroristes. „Cela sera désagréable pour la Russie, car personne n’aime voir ses actes répréhensibles désignés par leur vrai nom. Les milliers de victimes du terrorisme soutenu par la Russie imposent une prise en compte de la réalité.”

Dans un contexte des soucis de sécurité, la Président de la Saeima a appelé à ne pas oublier les valeurs. En paraphrasant Jacques Delors, économiste et homme politique français, elle a souligné qu’il faut plus qu’un marché sans frontières pour tomber amoureux de l’Europe; l’Europe a toujours besoin d’une âme. „L’âme de l’Europe, ce sont ses valeurs incontestables: la paix, une conscience historique forte, des traditions culturelles et d’échange, une conciliation permanente entre prospérité et justice sociale, le désir d’un environnement respecté et l’épanouissement de la liberté,” a-t-elle conclu.

 

 

Service de presse de la Saeima   

Svētdien, 24.oktobrī